Équipe Scrum : comment s’organise-t-elle ? Part. II

Après l’article consacré au framework Scrum détaillant les événements d’un projet type, découvrez les quatre artefacts (product backlog, sprint backlog, incrément, definition of done) qui scandent la mission d’une team agile.

 

Artefact Scrum : de quoi s’agit-il ?


Si, à première vue, ce terme peut sembler barbare à tout néophyte qui se respecte, il recouvre en réalité : un « phénomène d’origine humaine, artificielle, intervenant dans l’étude de faits naturels…//… » – Définition issue du dictionnaire Le Robert.

L’analogie avec la méthodologie Scrum ? Elle est, malgré les apparences, tout à fait limpide. En tant que méthode purement empirique, Scrum s’appuie sur un déroulement « naturel » des événements. Procédant par itération, chaque membre d’une team Agile réoriente son projet au fil de l’eau sur le mode de l’improvisation libre tout en respectant néanmoins un framework qui se ventile en trois artefacts classiques complétés par un artefact de transparence :

🔸 Le product backlog,

🔸 Le sprint backlog,

🔸 L’incrément,

🔸 Le definition of done (artefact de transparence).

Le product backlog : le cahier des charges en version Agile

Au démarrage d’un projet Scrum, on met en synergie vision produit, objectif produit et stratégie métier de l’organisation. Ce brainstorming initial se déroule généralement lors d’un atelier qui détermine le « quoi », le « pour qui », le « comment »… Autrement dit, la raison d’être et le but visé du produit.

Une fois ce travail introductif réalisé, le Product Backlog prend tout son sens en déterminant les fonctionnalités produit, les exigences, les améliorations ou les correctifs à prévoir. Cette source d’informations détaillées abreuve véritablement les développeurs qui se nourrissent d’une liste d’items évolutive et priorisée de haut en bas. Durant chaque sprint, le Product Owner affine quant à lui encore et encore les items afin de se rapprocher toujours au plus près du résultat idéal souhaité.

Illustration check

Le sprint backlog : le plan de travail d’un Sprint

Cet artefact désigne les éléments et les tâches techniques sélectionnés à partir du product backlog. Véritable plan de travail de l’équipe lors d’un sprint, le sprint backlog ambitionne de répondre à l’objectif du sprint (sprint goal) tout en intégrant de nouvelles fonctionnalités ainsi que des améliorations. Il comporte en outre un plan de livraison détaillé en sous-tâches techniques.

 

L’incrément : le « done » du côté des développeurs

L’artefact incrément correspond au fruit du travail des développeurs à l’issue d’un sprint. Chaque sprint peut comporter plusieurs incréments dont l’utilisation est rendue possible grâce à un niveau d’aboutissement suffisant. Bon à savoir : l’incrément regroupe tous les « éléments done », à savoir, les éléments du sprint en cours et ceux ayant déjà été réalisés.

 

Le definition of done : les critères du « Dod »

Comment savoir si un item est totalement abouti ? Grâce à un ensemble de critères définis par l’équipe de développement. Chaque élément ainsi finalisé se voit étiqueté « Dod ». Pour ne laisser plâner aucun doute, signalons que cette appellation correspond à l’acronyme du mot « definition of done ».

Adapter la méthode Scrum à distance

La méthodologie Scrum peut très bien être exercée en remote. Nous vous encourageons à le faire afin de rester au courant des dernières avancées des projets. Retrouvez dans ce livre blanc comment adapter les rituels Agile à distance. Vous y découvrirez également : 

🔸 Les règles à suivre pour une communication réussie à distance

🔸 Les outils à utiliser pour travailler en mode agile

🔸 Un lexique du vocabulaire Agile

livre blanc méthode agile

Contactez-nous

  • Nous nous engageons à vous recontacter sous 48 heures
  • Nous discutons ensemble de votre contexte et vos enjeux
  • Nous construisons une proposition de services pour vous accompagner dans les meilleurs délais

Share This